Maladies

Les situations sanitaires pouvant évoluer rapidement, et pour toute information concernant des spécificités locales, n’hésitez pas à vous renseigner auprès des systèmes de santé locaux civils et militaires.

 

 

Pour toutes les maladies décrites, il vous est conseillé de consulter un médecin pour tout complément d’information et devant l’apparition de tous signes cliniques inhabituels.

 

  

Les maladies transmises par les insectes
MaladieModes de transmissionSignes cliniques d’alerteMoyens de prévention
Chikungunya
  • Maladie virale transmise par un moustique femelle (du genre Aedes) qui pique principalement le jour 
 
  • Le plus souvent syndrome grippal avec fièvre brutale, frissons, douleurs articulaires, maux de tête, éruption…
  • Parfois, douleurs articulaires invalidantes et persistantes
 
 
  • Protégez-vous contre les moustiques en utilisant des répulsifs cutanés, des vêtements couvrants imprégnés d’insecticide, des moustiquaires de lit imprégnées d’insecticide et en bon état, des bombes insecticides, des diffuseurs électriques…
  • Luttez contre les larves et les moustiques adultes en évitant les zones d’eau stagnante, en vidant les coupelles, en entretenant les bassins et les jardins…
 
Dengue
  • Maladie virale transmise par un moustique femelle (du genre Aedes) qui pique principalement le jour.  
  •   
  • Le plus souvent syndrome grippal avec frissons, douleurs musculaires, maux de tête
  • Parfois, forme hémorragique potentiellement mortelle 
  •   
  • Protégez-vous contre les moustiques en utilisant des répulsifs cutanés, des vêtements couvrants imprégnés d’insecticide, des moustiquaires de lit imprégnées d’insecticide et en bon état, des bombes insecticides, des diffuseurs électriques…
  • Luttez contre les larves et les moustiques adultes en évitant les zones d’eau stagnante, en vidant les coupelles, en entretenant les bassins et les jardins…
Fièvre de la vallée du Rift
  • Maladie virale (genre Phlebovirus) touchant principalement les animaux mais pouvant aussi contaminer l’homme par contact direct avec du sang ou des organes d’animaux contaminés, ou par consommation de lait cru ou non pasteurisé, et parfois par des piqûres de moustiques de plusieurs espèces
  • Forme bénigne
    Syndrome grippal (fièvre, douleurs articulaire et maux de tête). Dans certains cas raideur de la nuque, perte d’appétit, vomissements
  • Forme grave
    Parfois complications oculaires, neurologiques et hémorragiques
 
  • Evitez tout contact inutile avec des animaux (élevage)
  • Evitez toute consommation de lait non pasteurisé ou de viande crue
    Protégez-vous contre les moustiques :
  • En utilisant des répulsifs cutanés, des vêtements couvrants imprégnés d’insecticide, des moustiquaires de lit imprégnées d’insecticide et en bon état, des bombes insecticides, des diffuseurs électriques…)
  • Luttez contre les larves et les moustiques adultes en évitant les zones d’eau stagnante, en vidant les coupelles, en entretenant les bassins et les jardins…
Filariose lymphatique
  • Maladie parasitaire transmise par piqûre d’un moustique femelle (du genre Culex, Anophèle ou Aedes)
 
  • Sans symptôme possible pendant plusieurs années
  • Forme aigüe
    Fièvre, ganglions
  • Forme chronique
    Gonflement des tissus, épaississement de la peau et des tissus jusqu’à de possibles difformités corporelles (membres, organes génitaux…)
 
  • Protégez-vous contre les moustiques en utilisant des répulsifs cutanés, des vêtements couvrants imprégnés d’insecticide, des moustiquaires de lit imprégnées d’insecticide et en bon état, des bombes insecticides, des diffuseurs électriques…
  • Luttez contre les larves et les moustiques adultes en évitant les zones d’eau stagnante, en vidant les coupelles, en entretenant les bassins et les jardins…
 
Leishmanioses
  • Maladies parasitaires due à un protozoaire (du genre Leishmania) transmises par un moucheron femelle (du genre phlébotome) qui pique à la nuit tombante
Elles se présentent sous 3 formes selon le pays :
  • Cutanée
    Bouton ou ulcère indolore observé le plus souvent sur les parties du corps découvertes
  • Viscérale
    le plus souvent fièvre, anémie, augmentation du volume du foie et de la rate, baisse de l’état général, évolution chronique voire mortelle
  • Cutanéo-muqueuse
    bouton ou ulcère indolore pouvant toucher la bouche, le nez avec risque de perforation
 
  • Protégez-vous contre les moustiques en utilisant des répulsifs cutanés, des vêtements couvrants imprégnés d’insecticide, des moustiquaires de lit imprégnées d’insecticide et en bon état, des bombes insecticides, des diffuseurs électriques...
  • Les activités en forêt doivent éviter les heures où le risque de se faire piquer par le phlébotome est maximal (à partir de 16 h en général)
 
Paludisme  
  • Maladie parasitaire (plasmodium) transmise par la piqûre d’un moustique femelle infectée (du genre Anophèle) principalement entre le crépuscule et le petit matin
Il existe 4 types de paludisme humain :
  • Plasmodium falciparum
  • Plasmodium vivax
  • Plasmodium malariae
  • Plasmodium ovale
Les Plasmodium falciparum et vivax sont les plus répandus, le Plasmodium falciparum est à l’origine des formes mortelles.
 
  • Forme fréquente
    Syndrome grippal avec fièvre accompagnée de maux de tête, de douleurs musculaires, de malaise et de vomissements
  • Forme grave
    Selon l’espèce du parasite (signes neurologiques et viscéraux) voire mortelle en l’absence de prise en charge précoce
 
  • Etant donné les variations du niveau de transmission du paludisme, il est conseillé de consulter avant tout départ le Service de Santé des Armées de proximité ou les services de médecine du voyage afin de pouvoir envisager la meilleure prophylaxie antipaludique à adopter.
  • Aucun moyen préventif n’assure à lui seul une protection totale. Il convient donc d’insister sur la nécessité de l’observance simultanée d’une protection contre les piqûres de moustiques associée à la chimioprophylaxie (traitement préventif du paludisme).
  • Protégez-vous contre les moustiques en utilisant des répulsifs cutanés, des vêtements couvrants imprégnés d’insecticide, des moustiquaires de lit imprégnées d’insecticide et en bon état, des bombes insecticides, des diffuseurs électriques…
  • Luttez contre les larves et les moustiques adultes en évitant les zones d’eau stagnante, en vidant les coupelles, en entretenant les bassins et les jardins…
  • Traitement préventif du paludisme : ce traitement doit généralement être prescrit avant votre départ par un médecin qui tiendra compte de votre zone d’affectation, de la durée et des modalités de votre séjour ainsi que des éventuelles contre-indications. Ce traitement devra être suivi rigoureusement.
  • Consultez devant toute fièvre ou signe clinique inhabituel pour une prise en charge précoce d’un éventuel paludisme.
 
Peste
  • Maladie due à une bactérie Yersina pestis et transmise par la morsure d’une puce. Les rongeurs dont les rats représentent le réservoir de la bactérie
  • Peste bubonique
    Fièvre, malaise, nausées, vomissements, douleurs diffuses. Apparition à proximité de la morsure d’un bubon (=gros ganglion lymphatique)
  • Peste pulmonaire
    Fièvre, altération de l’état général, difficultés respiratoires, toux. (transmission interhumaine)
 
  • Ne pas fréquenter les foyers d’endémie de peste
  • Isolement des malades présentant une forme pulmonaire
  • Eviter tout contact avec les rongeurs vivants ou morts
  • Se protéger de la morsure de puces (répulsives)
 
Ver de Cayor
  • Affection cutanée due à la pénétration d’une larve de mouche (genre Cordylobia anthropophage) sous la peau par contact avec le sol ou le linge où la mouche a pondu ses œufs.
 
  • Bouton rouge, douloureux avec au centre un petit orifice, au fond duquel on peut observer après quelques jours les mouvements de la larve, à l’origine de démangeaisons.
 
 
  • Evitez de vous étendre à même le sol même habillé
  • Repassez systématiquement avec un fer très chaud les 2 faces du linge
  • Privilégiez l’utilisation d’un sèche-linge
  • Consultez votre médecin pour l’extraction indispensable du ver et éviter les risques de surinfection
 
Ver macaque (myiase furonculeuse sud-américaine)
  • Affection cutanée due à la pénétration sous la peau d’une larve de mouche (genre Dermatobia hominis). La mouche dépose ses œufs sur l’abdomen d’un moustique qui les dépose à son tour sur la peau humaine.
 
  • Bouton rouge, douloureux avec au centre un petit orifice, au fond duquel on peut observer après quelques jours les mouvements de la larve, à l’origine de démangeaisons
  • Ce(s) lésion(s) siège(nt) préférentiellement sur les zones découvertes
 
Evitez la piqûre de moustique :
  • En utilisant des répulsifs cutanés, des vêtements couvrants imprégnés d’insecticide, des moustiquaires de lit imprégnées d’insecticide et en bon état, des bombes insecticides, des diffuseurs électriques…
Maintenez régulièrement une bonne hygiène du corps
  • Consultez votre médecin pour l’extraction indispensable du ver et éviter les risques de surinfection.
Les maladies par transmission sexuelle et accidents d’exposition au sang
MaladieModes de transmissionSignes cliniques d’alerteMoyens de prévention
Hépatite B
      
  • Sexuelle  
  • Sanguine  
  • Salive  
  • Mère-enfant
  •   
      
  • Forme aigüe
    Souvent sans signe clinique ou syndrome grippal ou fatigue, amaigrissement, nausée-vomissements,  douleurs abdominales,  selles décolorées, urines foncées, ictère/jaunisse  
  • Forme chronique
    Souvent sans signe, risque de cirrhose ou cancer du foie
  •   
      
  • Vaccin (indication à voir avec votre médecin)
  • Préservatif
  • Seringue à usage unique  
  • Attention aux tatouages, piercings (utilisation de matériel à usage unique), soins dentaires
  • Consultez votre médecin, au plus tôt, au maximum dans les 48 h après un rapport sexuel à risque ou à une exposition au sang.
  •   
Hépatite C
      
  • Sanguine  
  •  Sexuelle (rare)  
  •  Mère-enfant (rare)
      
  • Forme aigüe
    Souvent sans signe clinique ou fièvre, fatigue, anorexie, nausée, douleur, urines foncées, ictère/jaunisse, douleurs abdominales  
  • Forme chronique
    Souvent sans signe clinique, risque de cirrhose du foie, cancer du foie
      
  • Préservatif
  • Seringue à usage unique  
  • Attention aux tatouages, piercings (utilisation de matériel à usage unique), soins dentaires, soins médicaux
  • Consultez votre médecin, au plus tôt, au maximum dans les 48 h après un rapport sexuel à risque ou à une exposition au sang
Autres infections Sexuellement Transmissibles (gonococcie, syphilis, infection à chlamydiae...)
      
  • Sexuelle   
  • Forme aigüe
    Souvent sans signes cliniques ou ulcère génital, écoulement urétral, pertes vaginales, brûlures urinaires, douleurs, démangeaisons, éruptions cutanées
  • Forme chronique
    Risque de stérilité
      
  • Préservatif
  • Consultez votre médecin, au plus tôt, au maximum dans les 48 h après un rapport sexuel à risque
VIH (Virus de l'Immunodéficience Humaine)
SIDA (Syndrome d'Immunodéficience Acquise)
  • Sexuelle
  • Sanguine
  • Mère-enfant
  • Le plus souvent sans signe clinique, ou syndrome grippal, tuméfaction des ganglions, perte de poids, fièvre, diarrhée et toux
  • En l'absence de traitement, maladies infectieuses graves et certains cancers peuvent apparaître
  • Maladie chronique et mortelle
  • Préservatif
  • Seringue à usage unique
  • Dépistage précoce au moindre doute
  • Attention aux tatouages, piercings (utilisation de matériel à usage unique)
  • Consultez un médecin dans les services d'urgences, au plus tôt, au maximum dans les 48 h après un rapport sexuel à risque (non protégé, rupture du préservatif avec partenaire occasionnel ou nouveau partenaire) ou à une exposition sanguine
Les maladies liées à l’eau et à l’alimentation
MaladieModes de transmissionSignes cliniques d’alerteMoyens de prévention
Brucellose
  • Maladie bactérienne, due à un coccobacille (du genre Brucella), transmise par contact avec des animaux malades, par ingestion de produits laitiers non pasteurisés, de viande insuffisamment cuite ou de crudités souillées
 
  • Fièvre et sueurs, fatigue, amaigrissement
  • Douleurs généralisées avec des manifestations au niveau des os et des muscles, douleurs vertébrales (pseudo-mal de Pott)
  • Etat de prostration et de dépression
 
  • Lavez-vous les mains le plus souvent possible avant les repas, avant toute manipulation d’aliments et après passage aux toilettes (savon, solution hydroalcoolique, lingettes désinfectantes…)
  • Evitez de consommer des produits laitiers non pasteurisés, du lait ou des produits lactés à base de lait cru.
  • Évitez la consommation de crudités en région endémique
  • Ne consommer que des viandes bien cuites
 
Bilharzioses ou Schistosomiases
  • Maladies parasitaires dues à un ver (genre schistosoma) transmise par les larves du parasite, libérées par des gastéropodes (genre mollusque) d’eau douce, qui pénètrent dans la peau d’une personne lorsqu’elle est en contact avec une eau infestée
  • Souvent sans signe clinique
  • Troubles digestifs (Schistosomia intercalatum)
    Douleurs abdominales, diarrhée, sang dans les selles, augmentation du volume du foie
  • Troubles urinaires(Schistosomia haematobium)
    Sang dans les urines, fibrose de la vessie et de l’urètre, lésions rénales. Pour la femme, saignement du vagin avec lésions génitales. Pour l’homme, problème prostatique
  • Décès possible
  • Evitez les contacts avec de l’eau douce et stagnante potentiellement contaminée par des larves de schistosomes
Choléra
  • Maladie bactérienne (bacille Vibrio cholerae) transmise par les selles, l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés, les contacts de mains sales 
 
  • Diarrhée liquide et abondante de survenue brutale, vomissement, déshydratation sévère
  • Mortelle sans traitement
 
 
  • Lavez-vous les mains le plus souvent possible avant les repas, avant toute manipulation d’aliments et après passage aux toilettes (savon, solution hydroalcoolique, lingettes désinfectantes…)
  • Buvez de l’eau en bouteille et lavez les fruits et légumes avant consommation
  • En cas de symptôme pensez à bien vous réhydrater et consulter votre médecin
 
Ciguatera
"Gratte"
  • Intoxication alimentaire liée à la consommation de produits de la mer contaminés par des toxines marines, les ciguatoxines, produites par une algue microscopique (Gamberdiscus) présente dans les récifs coralliens
  • Il est impossible de différencier un poisson ciguatoxique d'un poisson sain, ni par l'odeur, ni par la couleur, ni par le goût. De plus, le mode de préparation du poisson (cru, cuit, salé, séché,....) ne permet pas d'éliminer les toxines ni de les rendre moins dangereuses.      
  • Atteinte généralisée
    Douleurs musculaires et articulaires, démangeaisons, frisson, raideur de la nuque
  • Atteinte digestive
    Douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhée
  • Atteinte du système nerveux
    Maux de tête, fatigue, troubles du sommeil avec cauchemars, hallucinations visuelles et auditives, fourmillement, troubles de la sensibilité (picotements autour des lèvres et du nez, fourmillements des mains et des pieds, sensations de brûlure au contact de l’eau froide), démangeaisons, sensation de brûlure, de décharge électrique au contact d’objets froids, convulsions, trouble de la conscience, coma paralysie de la fonction respiratoire
  • Atteinte cardiaque
    Baisse du rythme cardiaque
  • Prenez conseil auprès des pêcheurs de la commune/île dans laquelle vous vous trouvez. Ils ont, en général, une très bonne connaissance des zones et poissons à éviter
  • Consultez la cartographie    des zones toxiques ou interrogez l'autorité sanitaire en charge du réseau de surveillance du pays dans lequel vous vous trouvez
  • Evitez de consommer la tête et les viscères qui concentrent les toxines
  • En cas de doute, ne mangez qu'une petite quantité de poisson
Pour en savoir plus : http://www.ciguatera-online.com
Cysticercose
  • Maladie parasitaire due aux larves d’un ver (Taenia solium) transmise en ingérant des œufs du ténia lors de la consommation d’aliments ou d’eau souillés par des matières fécales humaines infectées
 
  • Nodules sous la peau
  • Douleurs et œdème musculaire
  • Trouble de la vision
  • Atteinte du système nerveux central
  • Maux de tête, épilepsie, confusion
 
 
  • Lavez-vous les mains le plus souvent possible avant les repas, avant toute manipulation d’aliments et après passage aux toilettes (savon, solution hydroalcoolique, lingettes…)
  • Buvez de l’eau en bouteille et lavez les fruits et légumes avant consommation
  • Evitez la consommation de viande de porc insuffisamment cuite
Douve du foie (Distomatose hépatique)
  • Maladie parasitaire, due à un ver (du genre Fasciola hepatica, Fasciola gigantica), transmise par consommation de végétaux crus tels que le cresson, porteurs de larves enkystées.
 
  • Phase invasive
    Fatigue, amaigrissement, parfois fièvre et douleurs du côté droit au niveau du foie douleurs articulaires, douleurs musculaires, éruptions cutanées de type urticaire peuvent également se manifester
  • Phase d’état
    Douleurs et infection au niveau de la vésicule biliaire, coliques hépatiques, douleurs épigastriques, ictère
 
 
  • Evitez toute consommation à l’état cru de végétaux collectés dans les milieux naturels (cresson, pissenlit, salade sauvage)
 
Fièvre typhoïde
  • Maladie bactérienne (genre salmonella) transmise de façon interhumaine par contact direct avec une personne infectée (mains sales), ou indirect par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés
  • Phase d'invasion (1ère semaine)
    Fièvre élevée, maux de tête, fatigue, nausées
  • Phase d'état (2ème semaine)
    Fièvre, troubles digestifs à type de constipation plus fréquente que la diarrhée (classiquement diarrhées "jus de melon"), douleurs abdominales, somnolence prostration (obnubilation diurne contrastant avec une insomnie nocturne), éruption cutanées, angine
  • Complications
    Perforations et hémorragies intestinales, atteinte cardiaque, neurologique et rénale, fausses couches spontanées / accouchements prématurés
  •  
  • Vaccin spécifique (indication à voir avec votre médecin)
  • Lavez-vous les mains le plus souvent possible avant les repas, avant toute manipulation d'aliments et après passage aux toilettes (savon, solution hydroalcoolique, lingettes désinfectantes...)
  • Buvez de l'eau en bouteille, pelez et lavez les fruits et légumes avec une eau traitée, bien faire cuire la viande, évitez les coquillages, les laitages
Hépatite A
  • Maladie virale transmise par l'ingestion d'eau ou d'aliments contaminés par des matières fécales ou par contact direct avec une personne infectée (mains sales)
  • Forte fièvre, insomnie, fatigue importante, perte d'appétit, nausées, diarrhées, amaigrissement, selles décolorées, urines foncées, coloration jaune de la peau et du blanc des yeux
  • Troubles digestifs chroniques
  • Risque de formes fulminantes létales
  • Vaccin spécifique (indication à voir avec votre médecin)
  • Lavez-vous les mains le plus souvent possible avant les repas, avant toute manipulation d'aliments et après passage aux toilettes (savon, solution hydroalcoolique, lingettes désinfectantes...)
  • Buvez de l'eau en bouteille, pelez et lavez les fruits et légumes avec une eau traitée, bien faire cuire la viande, évitez les coquillages, les laitages
Leptospirose
  • Maladie bactérienne (leptospira spp.) transmise directement par simple contact avec des animaux infectés ou par morsure (rongeurs) ou indirectement au cours d’activités de baignade en eau douce, de pêche. Les leptospires pénètrent l’organisme via des plaies, des érosions cutanées ou muqueuses, la conjonctive, ou inhalation de gouttelettes
  • Forme modérée
    Fièvre, douleurs, violents maux de tête, raideur de la nuque, vomissement, douleurs abdominales, des douleurs musculaires, des douleurs articulaires, diarrhée, jaunisse
  • Forme grave
    Manifestations hémorragiques (cutanées et muqueuses, y compris pulmonaire), insuffisance rénale, atteinte neurologique (convulsions, coma), atteinte hépatique
  • Vaccination (rares indications)
  • Chimioprophylaxie en cas de forte exposition
  • Évitez les contacts avec les rongeurs et les environnements contaminés
Maladies diarrhéiques
  • Maladies virales, bactériennes ou parasitaires transmises par l’eau et les aliments contaminés
  • Diarrhée, troubles digestifs, déshydratation
 
  • Lavez-vous les mains le plus souvent possible avant les repas, avant toute manipulation d’aliments et après passage aux toilettes (savon, solution hydroalcoolique, lingettes désinfectantes…)
  • Buvez de l’eau en bouteille, pelez et lavez les fruits et légumes avec une eau traitée, bien faire cuire la viande, évitez les coquillages, les laitages
Parasitoses intestinales
  • Maladies parasitaires transmises par contact des mains, les selles, l'eau et les aliments contaminés
  • Diarrhées
  • Troubles digestifs
  • Parasites dans les selles
  • Lavez-vous les mains le plus souvent possible avant les repas, avant toute manipulation d'aliments et après passage aux toilettes (savon, solution hydroalcoolique, lingettes désinfectantes...)
  • Buvez de l'eau en bouteille, pelez et lavez les fruits et légumes avant consommation, bien faire cuire la viande notamment le porc
  • En cas de symptôme, pensez à bien vous réhydrater
Maladie infectieuse interhumaine
MaladieModes de transmissionSignes cliniques d’alerteMoyens de prévention
Méningite à méningocoque
  • Maladie due à une bactérie (Neisseria meningitidis) transmise de personne à personne par contact direct, via des gouttelettes de sécrétions respiratoires ou pharyngées (toux, éternuement, baiser, promiscuité avec une personne infectée)
 
  • Forme classique
    Forte fièvre, maux de tête, nausées, vomissements et raideur de la nuque
  • Forme grave
    Possible trouble de la conscience, coma, tâches hémorragiques sous la peau, choc septique, graves lésions cérébrales, décès
 
  • Renseignez-vous sur la situation sanitaire du pays (épidémie…) auprès des autorités compétentes.
  • Vaccin(s) spécifique(s) disponible(s) uniquement pour les souches A, C, Y et W (indication à voir avec votre médecin)
  • Evitez les contacts avec les personnes présentant des signes respiratoires (toux…)
  • Lavez-vous les mains régulièrement
  • Aérez les locaux régulièrement
  • Consultez votre médecin en cas de doute
 
Tuberculose
  • Maladie due à un bacille (Mycobacterium tuberculosis) transmise directement d’individu à individu via des gouttelettes de sécrétions respiratoires (toux, éternuement, crachats…) et promiscuité avec une personne infectée
  • Forme pulmonaire (la plus fréquente)
    Fatigue importante, amaigrissement de 5 à 10 kg survenant en quelques mois, toux sèche à productive ou sanglante, douleurs thoraciques, sueurs nocturnes
  • Forme extra pulmonaire
    Atteintes viscérales, osseuses, neurologiques…
  • Mortelle en l’absence de traitement
  • Vaccin spécifique (indication à voir avec votre médecin)
  • Evitez les contacts étroits non protégés (masque respiratoire) avec les malades atteints de tuberculose
  • En cas de contact, il est conseillé de consulter un médecin pour avis
Maladie transmise par les animaux
MaladieModes de transmissionSignes cliniques d’alerteMoyens de prévention
Histoplasmose (maladie des caves ou des grottes)
  • Maladie infectieuse due à un champignon (Histoplasma capsulatum) transmise par inhalation de poussières contaminées des déjections d’oiseaux ou chauves-souris
 
  • Forme bénigne
    Le plus souvent asymptomatique,       syndrome grippal, pneumopathie
  • Forme grave
    Fièvre élevée, ganglions, atteinte de la bouche et des organes génitaux, atteinte du foie et des poumons ressemblant à une tuberculose (toux chronique, fatigue, amaigrissement, gêne respiratoire…)
 
 
  • Evitez l’exposition aux poussières (éventuellement utilisez des masques protecteurs)
 
Hydatidose 
  • Maladie parasitaire, due à une larve (Echinococcus granulosus), transmise surtout en portant à la bouche des mains contaminées par des oeufs du parasite présents sur le pelage de chiens, le sol ou les végétaux. Plus rarement, par ingestion de végétaux contaminés (légumes, fruits, baies et salades sauvages, champignons...), mangés crus ou peu cuits.
 
 
  • Absence de symptôme (incubation), souvent pendant plusieurs années.
  • Formation d’un kyste dans le foie, les poumons, le rein et la rate
 
 
  • Prudence dans les contacts homme/chien (léchage, caresses...)
  • Lavez-vous les mains après chaque contact, avant les repas, avant toute manipulation d’aliment (savon, solution hydroalcoolique, lingettes désinfectantes…)
  • Lavez soigneusement les légumes et les fruits consommés crus
  • Administrez régulièrement aux chiens domestiques un ténifuge
 
Larva migrans cutanée
  • Maladie parasitaire, due à un petit ver (Ankylostome), transmise par pénétration à travers la peau intacte de larves d'ankylostomes qui sont excrétées par des chiens ou des chats parasités
 
  • Lésions inflammatoires de la peau, filiformes et sinueuses, cordon inflammatoire avec démangeaison siégeant le plus souvent au niveau des pieds
  • Atteinte des poumons, toux et infiltration pulmonaire
 
 
  • Évitez le contact avec le sol souillé
  • Ne marchez pas pieds nus
  • Allongez-vous sur une serviette à la plage
  • Déparasitez régulièrement les chiens et les chats
 
Rage
  • Maladie virale (genre Lyssavirus) transmise par la salive des animaux infectés (toute espèce de mammifères terrestres, y compris les chauves-souris) lors de griffures ou morsures, léchage sur muqueuse ou lésion cutanée…
 
  • Fièvre
  • Douleurs, fourmillements, démangeaisons, brûlures à l’endroit de la blessure
  • Atteinte du système nerveux central  (agitation, hallucinations, anxiété, hydrophobie, aérophobie…)
  • Coma
  • Décès par arrêt respiratoire
 
  • Vaccin spécifique (indication à voir avec votre médecin)
  • Ne vous approchez pas et ne caressez pas les animaux sauvages vivants (même si leur comportement paraît normal) ou morts
  • Eviter de séjourner dans les grottes (camping,…)
  • Si morsure, lavez la plaie au savon et désinfectez, consultez immédiatement même si vous êtes déjà vacciné
 

Sources :

- Ministère des Affaires étrangères - France diplomatie : http://www.diplomatie.gouv.fr

- Ministère des Affaires étrangères - Conseils aux voyageurs : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs

- Institut de veille sanitaire (InVS), Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire(BEH), recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2016  

- Le calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales selon l’avis du Haut Conseil de la santé publique

- Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : Voyages internationaux : http://www.who.int/ith/fr/index.html

- Haut Comité de la Santé Publique (HCSP) : www.hcsp.fr

- Vaccination Info Service : http://vaccination-info-service.fr/Questions-pratiques/Je-dois-me-faire-vacciner-que-dois-je-savoir/Ou-se-faire-vacciner

Dernière mise à jour : 05/2016

Retour en haut de la page

En partenariat avec

  • État-Major des Armées
  • Secrétariat Général pour l'Administration
  • Armée de Terre
  • Marine Nationale
  • Armée de l'Air
  • Gendarmerie Nationale
  • Familles
  • Service de Santé des Armées
  • Unéo
  • AGPM
  • GMPA