Maladies

Les situations sanitaires pouvant évoluer rapidement, et pour toute information concernant des spécificités locales, n’hésitez pas à vous renseigner auprès des systèmes de santé locaux civils et militaires.

 

 

Pour toutes les maladies décrites, il vous est conseillé de consulter un médecin pour tout complément d’information et devant l’apparition de tous signes cliniques inhabituels.

 

Les maladies transmises par les insectes
MaladieModes de transmissionSignes cliniques d’alerteMoyens de prévention
Encéphalite à tique
  • Maladie virale transmise par la morsure de tique  ( du genre Ixodes)  ou par consommation de lait cru non pasteurisé
  • Période à risque d'avril à novembre
  • Rougeur localisée autour de la morsure de tique, syndrome grippal sévère avec fièvre
  • Puis après une phase de répit apparaissent des signes neurologiques ( méningite, méningo-encéphalite) et des douleurs musculaires
  • Paralysies séquellaires possibles (10 - 20% des cas)
Evitez la morsure des tiques :
  • En prenant des mesures de protection individuelle contre les morsures de tiques (vêtements couvrants de couleur claire, répulsifs) lors des activités en extérieur dans les zones forestières
  • En recherchant  après chaque sortie à risque les tiques sur la peau, le cuir chevelu (inspection en binôme) ou dans les vêtements
  • En enlevant les tiques  accrochées à la peau le plus rapidement et délicatement possible (au moyen d’un crochet spécifique ou tire-tiques, sans utiliser au préalable d’alcool, d’éther ou de corps gras)
  • Évitez les zones où les tiques sont abondantes et les périodes où elles sont actives
  • Consultez votre médecin pour examen en cas de doute ou extraction difficile de la ou des tiques
  • Abstenez-vous de consommer du lait cru non pasteurisé
Vaccination
Le Haut conseil de la santé publique recommande la vaccination contre l'encéphalite à tique :
  • Pour les voyageurs séjournant en zone rurale ou forestière d'endémie, en Europe centrale, orientale et septentrionale, du printemps à l'automne
  • La vaccination peut être réalisée à partir de l'âge d'un an
Fièvre hémorragique de Crimée-Congo 
  • Maladie virale (Nairovirus) transmise par morsure d’une tique et par contact direct avec du sang ou d’autres tissus contaminés provenant d’animaux d’élevage pendant ou immédiatement après l’abattage. Transmission inter-humaine et nosocomiale possible (matériel médical mal stérilisé, pas de matériel à usage unique,…)
  • Fréquente évolution épidémique
  • Première phase
    Syndrome grippal brutal avec fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, vertiges, raideur et douleurs de la nuque, douleurs dorsales, yeux sensibles et photophobie. Dans certain cas, vomissements, maux de gorge, pouvant s'accompagner de diarrhées et de douleurs abdominales
  • Seconde phase
    Sautes d’humeur, confusion, somnolence puis agitation, douleurs abdominales avec hémorragies (nez, gencives, intestins…), atteinte hépatique
  • Complications fréquentes
    Atteinte pulmonaire, du foie et des reins. Risque élevé de décès (30% des cas)
 
    Evitez la morsure des tiques :
  • En prenant des mesures de protection individuelle contre les morsures de tiques (vêtements couvrants de couleur claire, répulsifs) lors des activités en extérieur dans les zones forestières
  • En recherchant systématiquement les tiques sur la peau, le cuir chevelu (inspection en binôme) ou dans les vêtements après une promenade en forêt
  • En enlevant les tiques  accrochées à la peau le plus rapidement et délicatement possible (au moyen d’un crochet spécifique ou tire-tiques, sans utiliser au préalable d’alcool, d’éther ou de corps gras)
  • Évitez les zones où les tiques sont abondantes et les périodes où elles sont actives
  • Surveillez la zone de morsure
  • Traiter vos chiens domestiques et retirez les tiques après la promenade
  • S’abstenir de tout contact avec les chiens errants
  • Consultez votre médecin pour examen en cas de doute ou extraction difficile de la ou des tiques
Leishmanioses
  • Maladies parasitaires due à un protozoaire (du genre Leishmania) transmises par un moucheron femelle (du genre phlébotome) qui pique à la nuit tombante
Elles se présentent sous 3 formes selon le pays :
  • Cutanée
    Bouton ou ulcère indolore observé le plus souvent sur les parties du corps découvertes
  • Viscérale
    Le plus souvent fièvre, anémie, augmentation du volume du foie et de la rate, baisse de l’état général, évolution chronique voire mortelle
  • Cutanéo-muqueuse
    Bouton ou ulcère indolore pouvant toucher la bouche, le nez avec risque de perforation
 
  • Protégez-vous contre les moustiques en utilisant des répulsifs cutanés, des vêtements couvrants imprégnés d’insecticide, des moustiquaires de lit imprégnées d’insecticide et en bon état, des bombes insecticides, des diffuseurs électriques...
  • Les activités en forêt doivent éviter les heures où le risque de se faire piquer par le phlébotome est maximal (à partir de 16 h en général)
 
Paludisme  
  • Maladie parasitaire (plasmodium) transmise par la piqûre d’un moustique femelle infectée (du genre Anophèle) principalement entre le crépuscule et le petit matin
Il existe 4 types de paludisme humain :
  • Plasmodium falciparum
  • Plasmodium vivax
  • Plasmodium malariae
  • Plasmodium ovale
Les Plasmodium falciparum et vivax sont les plus répandus, le Plasmodium falciparum est à l’origine des formes mortelles.
 
  • Forme fréquente
    Syndrome grippal avec fièvre accompagnée de maux de tête, de douleurs musculaires, de malaise et de vomissements
  • Forme grave
    Selon l’espèce du parasite (signes neurologiques et viscéraux) voire mortelle en l’absence de prise en charge précoce
 
  • Etant donné les variations du niveau de transmission du paludisme, il est conseillé de consulter avant tout départ le Service de Santé des Armées de proximité ou les services de médecine du voyage afin de pouvoir envisager la meilleure prophylaxie antipaludique à adopter.
  • Aucun moyen préventif n’assure à lui seul une protection totale. Il convient donc d’insister sur la nécessité de l’observance simultanée d’une protection contre les piqûres de moustiques associée à la chimioprophylaxie (traitement préventif du paludisme).
  • Protégez-vous contre les moustiques en utilisant des répulsifs cutanés, des vêtements couvrants imprégnés d’insecticide, des moustiquaires de lit imprégnées d’insecticide et en bon état, des bombes insecticides, des diffuseurs électriques…
  • Luttez contre les larves et les moustiques adultes en évitant les zones d’eau stagnante, en vidant les coupelles, en entretenant les bassins et les jardins…
  • Traitement préventif du paludisme : ce traitement doit généralement être prescrit avant votre départ par un médecin qui tiendra compte de votre zone d’affectation, de la durée et des modalités de votre séjour ainsi que des éventuelles contre-indications. Ce traitement devra être suivi rigoureusement.
  • Consultez devant toute fièvre ou signe clinique inhabituel pour une prise en charge précoce d’un éventuel paludisme.
 
Les maladies par transmission sexuelle et accidents d’exposition au sang
MaladieModes de transmissionSignes cliniques d’alerteMoyens de prévention
Hépatite B
      
  • Sexuelle  
  • Sanguine  
  • Salive  
  • Mère-enfant
  •   
      
  • Forme aigüe
    Souvent sans signe clinique ou syndrome grippal ou fatigue, amaigrissement, nausée-vomissements,  douleurs abdominales,  selles décolorées, urines foncées, ictère/jaunisse  
  • Forme chronique
    Souvent sans signe, risque de cirrhose ou cancer du foie
  •   
      
  • Vaccin (indication à voir avec votre médecin)
  • Préservatif
  • Seringue à usage unique  
  • Attention aux tatouages, piercings (utilisation de matériel à usage unique), soins dentaires
  • Consultez votre médecin, au plus tôt, au maximum dans les 48 h après un rapport sexuel à risque ou à une exposition au sang.
  •   
Hépatite C
      
  • Sanguine  
  •  Sexuelle (rare)  
  •  Mère-enfant (rare)
      
  • Forme aigüe
    Souvent sans signe clinique ou fièvre, fatigue, anorexie, nausée, douleur, urines foncées, ictère/jaunisse, douleurs abdominales  
  • Forme chronique
    Souvent sans signe clinique, risque de cirrhose du foie, cancer du foie
      
  • Préservatif
  • Seringue à usage unique  
  • Attention aux tatouages, piercings (utilisation de matériel à usage unique), soins dentaires, soins médicaux
  • Consultez votre médecin, au plus tôt, au maximum dans les 48 h après un rapport sexuel à risque ou à une exposition au sang
Autres infections Sexuellement Transmissibles (gonococcie, syphilis, infection à chlamydiae...)
      
  • Sexuelle   
  • Forme aigüe
    Souvent sans signes cliniques ou ulcère génital, écoulement urétral, pertes vaginales, brûlures urinaires, douleurs, démangeaisons, éruptions cutanées
  • Forme chronique
    Risque de stérilité
      
  • Préservatif
  • Consultez votre médecin, au plus tôt, au maximum dans les 48 h après un rapport sexuel à risque
VIH (Virus de l'Immunodéficience Humaine)
SIDA (Syndrome d'Immunodéficience Acquise)
  • Sexuelle
  • Sanguine
  • Mère-enfant
  • Le plus souvent sans signe clinique, ou syndrome grippal, tuméfaction des ganglions, perte de poids, fièvre, diarrhée et toux
  • En l'absence de traitement, maladies infectieuses graves et certains cancers peuvent apparaître
  • Maladie chronique et mortelle
  • Préservatif
  • Seringue à usage unique
  • Dépistage précoce au moindre doute
  • Attention aux tatouages, piercings (utilisation de matériel à usage unique)
  • Consultez un médecin dans les services d'urgences, au plus tôt, au maximum dans les 48 h après un rapport sexuel à risque (non protégé, rupture du préservatif avec partenaire occasionnel ou nouveau partenaire) ou à une exposition sanguine
Les maladies liées à l’eau et à l’alimentation
MaladieModes de transmissionSignes cliniques d’alerteMoyens de prévention
Fièvre typhoïde
  • Maladie bactérienne (genre salmonella) transmise de façon interhumaine par contact direct avec une personne infectée (mains sales), ou indirect par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés
  • Phase d'invasion (1ère semaine)
    Fièvre élevée, maux de tête, fatigue, nausées
  • Phase d'état (2ème semaine)
    Fièvre, troubles digestifs à type de constipation plus fréquente que la diarrhée (classiquement diarrhées "jus de melon"), douleurs abdominales, somnolence prostration (obnubilation diurne contrastant avec une insomnie nocturne), éruption cutanées, angine
  • Complications
    Perforations et hémorragies intestinales, atteinte cardiaque, neurologique et rénale, fausses couches spontanées / accouchements prématurés
  •  
  • Vaccin spécifique (indication à voir avec votre médecin)
  • Lavez-vous les mains le plus souvent possible avant les repas, avant toute manipulation d'aliments et après passage aux toilettes (savon, solution hydroalcoolique, lingettes désinfectantes...)
  • Buvez de l'eau en bouteille, pelez et lavez les fruits et légumes avec une eau traitée, bien faire cuire la viande, évitez les coquillages, les laitages
Hépatite A
  • Maladie virale transmise par l'ingestion d'eau ou d'aliments contaminés par des matières fécales ou par contact direct avec une personne infectée (mains sales)
  • Forte fièvre, fatigue importante, perte d'appétit, nausées, diarrhées, amaigrissement, selles décolorées, urines foncées, coloration jaune de la peau et du blanc des yeux
  • Troubles digestifs chroniques
  • Risque de formes fulminantes létales
  • Vaccin spécifique (indication à voir avec votre médecin)
  • Lavez-vous les mains le plus souvent possible avant les repas, avant toute manipulation d'aliments et après passage aux toilettes (savon, solution hydroalcoolique, lingettes désinfectantes...)
  • Buvez de l'eau en bouteille, pelez et lavez les fruits et légumes avec une eau traitée, bien faire cuire la viande, évitez les coquillages, les laitages
Leptospirose
  • Maladie bactérienne (leptospira spp.) transmise directement par simple contact avec des animaux infectés ou par morsure (rongeurs) ou indirectement au cours d’activités de baignade en eau douce, de pêche. Les leptospires pénètrent l’organisme via des plaies, des érosions cutanées ou muqueuses, la conjonctive, ou inhalation de gouttelettes
  • Forme modérée
    Fièvre, douleurs, violents maux de tête, raideur de la nuque, vomissement, douleurs abdominales, des douleurs musculaires, des douleurs articulaires, diarrhée, jaunisse
  • Forme grave
    Manifestations hémorragiques (cutanées et muqueuses, y compris pulmonaire), insuffisance rénale, atteinte neurologique (convulsions, coma), atteinte hépatique
  • Vaccination (rares indications)
  • Chimioprophylaxie en cas de forte exposition
  • Évitez les contacts avec les rongeurs et les environnements contaminés 
Maladies diarrhéiques
  • Maladies virales, bactériennes ou parasitaires transmises par l’eau et les aliments contaminés
  • Diarrhée, troubles digestifs, déshydratation
 
  • Lavez-vous les mains le plus souvent possible avant les repas, avant toute manipulation d’aliments et après passage aux toilettes (savon, solution hydroalcoolique, lingettes désinfectantes…)
  • Buvez de l’eau en bouteille, pelez et lavez les fruits et légumes avec une eau traitée,,, bien faire cuire la viande, évitez les coquillages, les laitages
Parasitoses intestinales
  • Maladies parasitaires transmises par contact des mains, les selles, l'eau et les aliments contaminés
  • Diarrhées
  • Troubles digestifs
  • Parasites dans les selles
  • Lavez-vous les mains le plus souvent possible avant les repas, avant toute manipulation d'aliments et après passage aux toilettes (savon, solution hydroalcoolique, lingettes désinfectantes...)
  • Buvez de l'eau en bouteille, pelez et lavez les fruits et légumes avant consommation, bien faire cuire la viande notamment le porc
  • En cas de symptôme, pensez à bien vous réhydrater
Maladie infectieuse interhumaine
MaladieModes de transmissionSignes cliniques d’alerteMoyens de prévention
Rougeole
  • Maladie virale grave très contagieuse. La transmission se fait par voie inter-humaine direct entre deux personnes (éternuement, toux, contact direct avec les sécrétions nasales ou laryngées)
 
  • Forte fièvre associée à une rhinorrhée (nez qui coule), de la toux, des yeux rouges et larmoyants, et de petits points blanchâtres sur la face interne des joues. L’éruption apparaît plusieurs jours plus tard, habituellement sur le visage et le haut du cou. En trois jours environ, elle progresse pour atteindre les mains et les pieds. Elle persiste cinq à six jours avant de disparaître.
  • Des complications pouvant conduire au décès peuvent survenir. Les complications les plus graves sont : neurologiques, digestives, infectieuses (infections respiratoires ou ORL).
 
  • Vaccin spécifique (indication à voir avec votre médecin)
Tuberculose
  • Maladie due à un bacille (Mycobacterium tuberculosis) transmise directement d’individu à individu via des gouttelettes de sécrétions respiratoires (toux, éternuement, crachats…) et promiscuité avec une personne infectée
  • Forme pulmonaire (la plus fréquente)
    Fatigue importante, amaigrissement de 5 à 10 kg survenant en quelques mois, toux sèche à productive ou sanglante, douleurs thoraciques, sueurs nocturnes
  • Forme extra pulmonaire
    Atteintes viscérales, osseuses, neurologiques…
  • Mortelle en l’absence de traitement
  • Vaccin spécifique (indication à voir avec votre médecin)
  • Evitez les contacts étroits non protégés (masque respiratoire) avec les malades atteints de tuberculose
  • En cas de contact, il est conseillé de consulter un médecin pour avis
Maladie transmise par les animaux
MaladieModes de transmissionSignes cliniques d’alerteMoyens de prévention
Fièvre Q
  • Maladie bactérienne, due à une bactérie (Coxiella bumetii), transmise par inhalation d’aérosols ou de poussières contaminées dans les produits de mise bas et les déjections des animaux infectés, et par contact direct avec des animaux infectés. Contamination possible alimentaire par du lait cru contaminé et les produits laitiers
 
  • Forme bénigne
    Fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, perte d’appétit, toux sèche symptômes digestifs (vomissement, diarrhée)
  • Forme grave
    Pneumonie, détresse respiratoire, inflammation du foie (augmentation du volume, jaunisse…)
  • Forme chronique
    Inflammation de la paroi interne du cœur, mortelle en l’absence de traitement
 
 
  • Ne pas consommer de lait cru non pasteurisé
  • Se laver les mains régulièrement
  • Port d’un masque respiratoire, de lunettes de protections, pour les activités générant des aérosols, mise en suspension de poussières potentiellement contaminées
 
Hydatidose 
  • Maladie parasitaire, due à une larve (Echinococcus granulosus), transmise surtout en portant à la bouche des mains contaminées par des oeufs du parasite présents sur le pelage de chiens, le sol ou les végétaux. Plus rarement, par ingestion de végétaux contaminés (légumes, fruits, baies et salades sauvages, champignons...), mangés crus ou peu cuits.
 
 
  • Absence de symptôme (incubation), souvent pendant plusieurs années.
  • Formation d’un kyste dans le foie, les poumons, le rein et la rate
 
 
  • Prudence dans les contacts homme/chien (léchage, caresses...)
  • Lavez-vous les mains après chaque contact, avant les repas, avant toute manipulation d’aliment (savon, solution hydroalcoolique, lingettes désinfectantes…)
  • Lavez soigneusement les légumes et les fruits consommés crus
  • Administrez régulièrement aux chiens domestiques un ténifuge
 
Rage
  • Maladie virale (genre Lyssavirus) transmise par la salive des animaux infectés (toute espèce de mammifères terrestres, y compris les chauves-souris) lors de griffures ou morsures, léchage sur muqueuse ou lésion cutanée…
 
  • Fièvre
  • Douleurs, fourmillements, démangeaisons, brûlures à l’endroit de la blessure
  • Atteinte du système nerveux central  (agitation, hallucinations, anxiété, hydrophobie, aérophobie…)
  • Coma
  • Décès par arrêt respiratoire
 
  • Vaccin spécifique (indication à voir avec votre médecin)
  • Ne vous approchez pas et ne caressez pas les animaux sauvages vivants (même si leur comportement paraît normal) ou morts
  • Eviter de séjourner dans les grottes (camping,…)
  • Si morsure, lavez la plaie au savon et désinfectez, consultez immédiatement même si vous êtes déjà vacciné
 

Sources :

- Ministère des Affaires étrangères - France diplomatie : http://www.diplomatie.gouv.fr

- Ministère des Affaires étrangères - Conseils aux voyageurs : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs

- Institut de veille sanitaire (InVS), Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire(BEH), recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2016  

- Le calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales selon l’avis du Haut Conseil de la santé publique

- Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : Voyages internationaux : http://www.who.int/ith/fr/index.html

- Haut Comité de la Santé Publique (HCSP) : www.hcsp.fr

- Vaccination Info Service : http://vaccination-info-service.fr/Questions-pratiques/Je-dois-me-faire-vacciner-que-dois-je-savoir/Ou-se-faire-vacciner

Dernière mise à jour : 07/2016

Retour en haut de la page

En partenariat avec

  • État-Major des Armées
  • Secrétariat Général pour l'Administration
  • Armée de Terre
  • Marine Nationale
  • Armée de l'Air
  • Gendarmerie Nationale
  • Familles
  • Service de Santé des Armées
  • Unéo
  • AGPM
  • GMPA